Ramassage des ordures à Ambodifotatra

Depuis hier la Commune Urbaine de Sainte-Marie procède au ramassage des ordures jetées sauvagement dans les coins de la ville d’Ambodifoatatra.

C’est grâce l’aide précieuse de Francesco (Mora-Mora) que cette opération a pu être réalisée, mettant à la disposition de la Commune, ses machines et son service.

Ce type de décharge sauvage nuit à l’image de l’île et apporte de grands risques sanitaires.

Publicités

Rapport des dégâts occasionnés par le cyclone Enawo sur Sainte-Marie.

Après le passage du cyclone Enawo, Monsieur le Maire est passé faire un état des lieux afin d’établir un bilan des dégâts.

Le cyclone est passé loin de Sainte-Marie ce qui a épargné notre île des graves destructions et pertes humaines qu’ont connues d’autres Commune sur Madagascar.  De plus, grâce à une bonne communication des informations sur l’arrivée du cyclone et la sensibilisation faite par l’équipe communale auprès des villageois, tous les habitants étaient bien préparés.

A la suite de la visite de Monsieur le Maire dans tous les fokontany, une liste des dégâts a été établie :

  • Poteaux électriques (JIRAMA) tombés : 17 unités
  • Maisons détruites : 64 unités (maisons en matériaux locaux)
  • Inondation : 150 logements
  • Cocotiers tombés : 43 unités
  • Fruits à pain tombés : 26 unités

Sainte-Marie ne déplore aucune perte de vie humaines ni de blessés ainsi qu’aucun bâtiment administratif endommagé.

Les cultures vivrières ont été lourdement affectées par les vents violents et les crues.

Conférence sur la vulnérabilité du patrimoine récifal à Sainte-Marie et du changement climatique

Le Professeur Maharavo Jean, directeur du centre National de recherches océanographiques à animé ce vendredi une conférence tenue dans la salle de réunions de la Commune Urbaine de Sainte-Marie.

Il a su expliquer et informer aux personnes présentes avec éloquence et précision la vulnérabilité des environnements marins côtiers, les enjeux écologiques, socio-économiques et politiques.

Le professeur a fait part de ses constats sur le terrain et a expliqué que les écosystèmes marins sur tout Madagascar sont menacés par nombres d’activités humaines économiques. En effet les activités de l’homme génèrent des déchets solides, liquides, industriels qui s’ajoutent à une pêche aux pratiques destructrices et illicite, ainsi qu’à la déforestation, l’extraction de matériaux miniers qui créent l’étouffement de certains écosystèmes marins.

Tous ces facteurs de destruction causés par l’homme sont dus à l’inconscience de la population sur la valeur réelle du patrimoine des ressources naturelles et des conséquences de ces pratiques.

Certaines ressources sont « bradées » d’après le Professeur Maharavo et nous pouvons observer une régression de leur productivité alors que nous connaissons une forte augmentation de la croissance démographique.

Les cyclones, le changement climatique et les détritus marins mondiaux ajoutent une pression supplémentaire sur les écosystèmes déjà fragilisés.

Il faut agir et se poser les bonnes questions et agir dans une logique pérenne et intelligente : Comment valoriser les ressources ? Quelle est la différence entre investissement et exploitation ?

Le Professeur a également félicité l’initiative de Monsieur le Maire de la Commune Urbaine de Sainte-Marie sur son action contre l’exploitation de produits marins interdit et la pêche aux pratiques illicites.

Reboisement de la forêt d’Ikalalo

Plusieurs centaines de personnes étaient présentes aujourd’hui pour participer au reboisement de la forêt d’Ikalao.

Des milliers de plants d’arbres et de palmiers, constituants la forêt originelle de Sainte-Marie, soigneusement préparés par Martial Sounenaka avec l’aide du conservatoire botanique de Brest ont étés plantés par toutes les autorités, institutions de l’île et les villageois des alentours.

Cette opération organisée par les autorités de l’île a pour but de reconstituer les parcelles de forêts détruites par l’homme et de sensibiliser les habitants sur l’importance de cette ressource.

La forêt d’Ikalalo alimente en eau une très grande partie de l’île d’où l’importance de l’action menée aujourd’hui.

Monsieur de Maire de la Commune Urbaine de Sainte-Marie, Monsieur le Préfet de Police, Monsieur le Député et Madame le Commissaire de Police ont félicité la réussite de cette journée et ont souhaité que ces efforts servent pour l’avenir de l’île.

Les arbres déjà plantés lors de journées similaires les années précédentes sont aujourd’hui forts, ce qui a encouragé toutes les personnes présentes aujourd’hui sur les collines d’Ikalalo et qui donne beaucoup d’espoir quant à la sauvegarde du patrimoine forestier de Sainte-Marie.