Rapport des dégâts occasionnés par le cyclone Enawo sur Sainte-Marie.

Après le passage du cyclone Enawo, Monsieur le Maire est passé faire un état des lieux afin d’établir un bilan des dégâts.

Le cyclone est passé loin de Sainte-Marie ce qui a épargné notre île des graves destructions et pertes humaines qu’ont connues d’autres Commune sur Madagascar.  De plus, grâce à une bonne communication des informations sur l’arrivée du cyclone et la sensibilisation faite par l’équipe communale auprès des villageois, tous les habitants étaient bien préparés.

A la suite de la visite de Monsieur le Maire dans tous les fokontany, une liste des dégâts a été établie :

  • Poteaux électriques (JIRAMA) tombés : 17 unités
  • Maisons détruites : 64 unités (maisons en matériaux locaux)
  • Inondation : 150 logements
  • Cocotiers tombés : 43 unités
  • Fruits à pain tombés : 26 unités

Sainte-Marie ne déplore aucune perte de vie humaines ni de blessés ainsi qu’aucun bâtiment administratif endommagé.

Les cultures vivrières ont été lourdement affectées par les vents violents et les crues.

Publicités

Reboisement de la forêt d’Ikalalo

Plusieurs centaines de personnes étaient présentes aujourd’hui pour participer au reboisement de la forêt d’Ikalao.

Des milliers de plants d’arbres et de palmiers, constituants la forêt originelle de Sainte-Marie, soigneusement préparés par Martial Sounenaka avec l’aide du conservatoire botanique de Brest ont étés plantés par toutes les autorités, institutions de l’île et les villageois des alentours.

Cette opération organisée par les autorités de l’île a pour but de reconstituer les parcelles de forêts détruites par l’homme et de sensibiliser les habitants sur l’importance de cette ressource.

La forêt d’Ikalalo alimente en eau une très grande partie de l’île d’où l’importance de l’action menée aujourd’hui.

Monsieur de Maire de la Commune Urbaine de Sainte-Marie, Monsieur le Préfet de Police, Monsieur le Député et Madame le Commissaire de Police ont félicité la réussite de cette journée et ont souhaité que ces efforts servent pour l’avenir de l’île.

Les arbres déjà plantés lors de journées similaires les années précédentes sont aujourd’hui forts, ce qui a encouragé toutes les personnes présentes aujourd’hui sur les collines d’Ikalalo et qui donne beaucoup d’espoir quant à la sauvegarde du patrimoine forestier de Sainte-Marie.

Tourisme durable à Sainte-Marie

A la suite des accords signés sur le code de bonne conduite des acteurs du tourisme en mai dernier en partenariat avec la préfecture de Sainte-Marie, l’office régional du tourisme, l’office national du tourisme, l’appui du bureau international du travail et l’UNICEF, la commune urbaine de Sainte-Marie ainsi qu’un grand nombre d’opérateurs touristiques ont signé officiellement  la charte du tourisme durable.

En suivant ces règles de conduite, les opérateurs et autorités de l’île visent à empêcher certaines dérives et développer l’économie et le social, tout en respectant l’environnement.

 

Le TCO s’ouvre pour la première fois à la coopération régionale avec Madagascar

Le Territoire de la Côte Ouest et la Commune urbaine de Sainte-Marie à Madagascar ont officialisé un partenariat de coopération décentralisée entre les deux collectivités ce samedi 14 février.

La convention-cadre, conclue pour une durée de 4 ans, visera au co-développement durable de deux territoires, et porte sur cinq secteurs prioritaires :

  • Le développement économique et touristique ;
  • La préservation de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie ;
  • L’aménagement durable et la valorisation du territoire;
  • L’animation culturelle et sportive et la solidarité numérique;
  • La mobilité et l’insertion des jeunes.

Au-delà des échanges institutionnels, la coopération décentralisée encourage l’engagement citoyen des jeunes et les échanges entre opérateurs économiques, chercheurs, associations et acteurs socioculturels des territoires partenaires. Ainsi, les deux collectivités s’engagent à favoriser, d’une part, la mobilité des jeunes, et d’autre part, l’insertion professionnelle à travers des programmes de volontariats internationaux, de services civiques à l’international et de chantiers coopératifs d’insertion.Ces actions seront menées en étroite collaboration avec le secteur associatif.

C’est la première fois que la Communauté d’Agglomération porte en son nom propre un projet de coopération décentralisée. Le 2 février dernier, les élus communautaires ont choisi pour ce premier partenariat, l’île Sainte-Marie à Madagascar, en raison de la proximité géographique et des liens historiques de certaines communes de l’Ouest avec la grande île.

La Commune Urbaine de Sainte–Marie présente un profil intéressant à bien des égards pour la coopération décentralisée. Tout d’abord, elle dispose d’une liaison aérienne directe avec La Réunion. D’autre part, son insularité l’expose aux mêmes problématiques que nous, notamment du point de vue économique, environnemental et touristique. Territoire géographiquement restreint et enclavé, cette collectivité apparaît comme un véritable « laboratoire » pour expérimenter des actions de coopération décentralisée.

 


 

Source:

http://www.tco.re/presse/cooperation-decentralisee-tco-ile-sainte-marie

Statut particulier de la Commune Urbaine de Sainte Marie

Loi n°2015-010 portant statut particulier de la Commune Urbaine de Sainte Marie- Déclarée conforme à la Constitution par Décision n°21-HCC/D3 du 1er avril 2015 relative à la loi n°2015-010.

 


 

ASSEMBLEE NATIONALE

——————

Loi n°2015-010 portant statut particulier de la Commune Urbaine de Sainte Marie

EXPOSE DES MOTIFS

En application de l’article 95 de la Constitution, la présente loi fixe les règles concernant le statut particulier de la Commune Urbaine de Sainte Marie, en raison de sa configuration géographique, de l’étendue de son agglomération, de la diversité de ses quartiers, de la solidarité naturelle dans ses milieux, de ses vocations socio-économiques spécifiques. Lire la suite

Crophe : Pilote d’une île pilote

Crophe, un des plus jeunes maires de Madagascar, met tout en oeuvre pour s’occuper de son île natale, Sainte-Marie. Un mandat qu’il mène avec les soins d’une mère de famille, conscient de sa responsabilité de rendre la vie meilleure à ses administrés. Pour cela il mise sur un tourisme responsable. Lire la suite